La prière du malade

Le malade n’est pas exempté de prière, mais il a la possibilité de l’accomplir selon ses capacités physiques.

  • Si il peut, il prie en s’aidant d’un appui.
  • Si il ne peut pas, il s’assoit. Dans ce cas, s’il peut se relever pour s’incliner, qu’il le fasse et s’il peut se prosterner normalement, qu’il le fasse.
  • Si il ne peut pas se lever, qu’il s’incline en se penchant un peu vers l’avant et se prosterne en se penchant un peu plus que pour l’inclinaison.
  • Si il ne peut pas, il s’étend. Dans ce cas, s’il le peut, il courbe un peu la tête pour l’inclinaison et un peu plus pour la prosternation. Dans le cas ou il ne peut le faire, il ferme un peu les paupières pour signifier son inclinaison et un peu plus pour sa prosternation.
  • S’il ne peut pas, il prie avec le cœur. Il faut qu’il ait l’intention d’accomplir chaque geste.
  • Le malade doit respecter les horaires de prière. Dans le cas où il ne peut prier à l’heure, il lui est possible de réunir la prière du milieu de journée avec celle de la fin d’après midi et celle du coucher du soleil avec celle du soir. Quant à la prière de l’aurore, elle ne peut être réunie avec la prière précédente ni avec la prière suivante.